Nicolas Dodier, Penser un régime d’évaluation de la recherche scientifique

[Note des éditeurs : nous publions ici la version rédigée d’une intervention de Nicolas Dodier, sociologue, directeur de recherches à l’INSERM et directeur d’études à l’EHESS, présentée le 25 mars lors d’un débat sur l’AERES. L’introduction est disponible ci-dessous, et l’ensemble du texte dans un fichier joint : dodier-regime-devaluation]

L’émergence en France de l’Agence nationale d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) met en évidence l’ampleur des transformations relatives actuellement, dans la recherche, mais également dans bien d’autres secteurs de la vie sociale, aux conditions d’évaluation des personnes, des organisations, et de leurs activités. Ces changements ont ouvert dans la recherche des confrontations passionnées autour de chacun des outils mobilisés pour réaliser ces évaluations. On s’interroge par exemple sur la légitimité de telle liste de revue par rapport à telle autre. On hésite entre plusieurs indices de classement bibliométrique. On s’interroge sur le poids qu’il faut donner au critère de « valorisation de la recherche » par rapport à celui des publications. Ces discussions, pour importantes qu’elles soient, ne doivent pas cacher ce qui est en jeu, au-delà des questions soulevées par chacun de ces outils : l’émergence d’un régime d’évaluation inédit qui, à travers toute une série d’instruments, et en s’appuyant sur les nouveaux acteurs qui s’en font les porte-parole, tend aujourd’hui à s’imposer pour juger de la recherche scientifique et de l’enseignement supérieur.

Les sciences sociales ont porté notre attention, depuis quelque temps déjà, sur les moments de rupture dans les régimes d’objectivité propres à telle ou telle science. Dans ces périodes critiques se reconfigure la nature des épreuves par lesquelles peuvent être légitimement défendus, dans un contexte donné, des jugements scientifiques sur les états de chose. Le changement auquel nous sommes confrontés est du même ordre, mais il est bien plus large. Car il saisit de façon transversale, à travers la question de l’évaluation, l’ensemble des secteurs de la science. Tout se passe comme si nous étions en passe de devoir parler un nouveau langage, nous référer à de nouveaux outils, à de nouvelles méthodes, pour prétendre pouvoir rendre un jugement un tant soit peu objectif sur l’intérêt, la pertinence et la valeur des recherches menées par des individus, des laboratoires, des universités, des organismes de recherche. Avec des effets très sensibles sur la nature des recherches qui seront promues et celles qui s’avéreront progressivement dévaluées. La question à laquelle nous devons répondre est assez simple : dans quel régime d’évaluation transversal souhaitons-nous aujourd’hui exercer notre métier ? Question simple, mais sur laquelle nous devons nous positionner sans tarder, si nous ne voulons pas laisser les choses se faire sans nous.

Trois remarques liminaires. La première concerne le statut que doit jouer la notion de « jugement par les pairs » dans nos réflexions. Bien évidemment, cette notion est importante. Elle distingue des formes d’évaluation qui s’appuient en priorité sur le jugement de nos collègues, et d’autres qui n’y recourent pas. Mais nous risquons fort, si nous nous en tenons à la défense du « jugement par les pairs », d’amalgamer des régimes qui n’ont en définitive rien à voir les uns avec les autres. Tout dépend en effet des dispositifs dans lesquels on plonge les pairs en question, et les tâches qu’ils ont à réaliser.

Deuxième remarque : il convient de dépasser l’opposition fréquemment construite entre des évaluations « qualitatives» et des évaluations « quantitatives » de la recherche. L’évaluation des activités scientifiques articule depuis longtemps des jugements d’ordre qualitatif, et des chiffres construits à partir d’indicateurs. Nous n’entrons pas aujourd’hui dans le règne du quantitatif. Ce n’est pas l’enjeu principal. L’AERES n’a pas le privilège de l’évaluation par les chiffres. A certains égards, la Direction des partenariats au CNRS ou le Département de l’évaluation à l’INSERM poussent aujourd’hui beaucoup plus loin le recours à des indicateurs bibliométriques raffinés. Ce qui est en jeu actuellement, c’est de comprendre comment l’usage des chiffres, des notations, mais aussi de longs rapports d’expertises prenant l’allure de textes, ou des prises de parole dans un comité s’inscrivent eux-mêmes, et s’articulent les uns aux autres dans un régime d’évaluation ou dans un autre.

La troisième remarque concerne le degré d’objectivité des évaluations. On entend parfois dire qu’il faut être « plus objectif » dans les évaluations, que c’est l’enjeu des politiques actuelles. On devrait choisir entre des évaluations « plus objectives » (mais qui nécessitent quantité d’investissements), et des évaluations « moins objectives » (celles que nous aurions produites jusqu’à présent, comme évaluateurs occasionnels, ou celles que nous subissons comme évalués, faute des méthodes et des outils nécessaires). Il est certes primordial d’asseoir l’objectivité de nos évaluations. Mais on ne peut pas penser cette exigence, hors du régime d’évaluation, et donc du type d’objectivité à travers lequel cette exigence se présente à nous. C’est à une meilleure conscience du régime auquel nous nous référons, parfois de façon spontanée, ou implicite, que nous devons travailler. Et à une clarification de celui dont nous souhaitons voir l’avènement, dans un contexte où c’est de toute façon vers un nouveau régime que nous poussent depuis quelques années nos autorités politiques et administratives.

Lire la suite (fichier PDF, 15 pages) :  dodier-regime-devaluation


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. FILLIATREAU dit :

    Bonjour,
    Y a t-il eu des suites/commentaires/citations à ce très intéressant papier ?
    cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *