La paye à la citation : on y est déjà

Par plusieurs transferts d’e-mails successifs, je découvre une (énième) lettre de mathématiciens (anciens et actuels présidents de section du CNU) rappelant encore et toujours l’inanité d’une évaluation sur la seule base de la bibliométrie, et ce d’autant plus lorsque l’on compare des disciplines aux pratiques de publication très différentes.

Mais surtout, je me reporte aux « Résultats de l’Appel d’Offre « Complément de dotation » 2008 » de l’Université Lyon-1, cités dans cette lettre. La quintessence de tout ce que l’on peut faire de plus absurde avec la bibliométrie – malheureusement, dans un document bien réel. Des sources d’information et des ajustements d’indicateurs qui ne peuvent qu’effrayer quiconque a une petite pratique de la quantification, par exemple :

« vingt six des 85 directeurs d’unité ont communiqué une liste d’articles publiés en 2003 et 2004. Ne sont pris en compte que les articles où l’université (Lyon 1 ou Claude Bernard) est identifiée dans la rubrique adresse de Web of Science®. Ont été retenus 848 articles dont le nombre de citations est supérieur à 5 ou le nombre de citations/facteur d’impact du journal est ≥ 5 (de 4 à 89 articles, en moyenne 19,5 citations/article). »

Une comparaison directe et nominative entre équipes et entre personnes sur la base de ces indicateurs, avec distribution d’argent à la clé. Quand un article fait toute la différence, on n’a pas envie d’avoir un accent ou un tilde dans son nom pour risquer de n’être pas bien reconnu dans les bases… Et, en annexe, le hit parade des articles les plus cités, soulignant l’évidence de pratiques de signature hétérogènes (parfois des dizaines d’auteurs répartis dans le monde…). Peu importe : tant d’euros par citation, et « l’accueil d’enseignants chercheurs de haut niveau » sera favorisé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *