Le CNRS et les revues-2004 (opus 1)

En 2004, dans la perspective du travail de classement des revues entrepris par la European Science Foundation, le département des SHS du CNRS a organisé une enquête sur les revues françaises.
Dans l’éditorial du numéro spécial de Sciences de l’homme et de la Société consacré aux « Revues en sciences humaines et sociales » (mai 2004), Jean-Marie Hombert, alors directeur du département des SHS, explique les objectifs et la démarche choisis : devant le constat d’un nombre trop important de revues, avec comme conséquence une dilution de l’information et une diffusion limitée de chaque article, il est nécessaire d’offrir à la communauté scientifique un outil raisonné permettant une amélioration de la visibilité des travaux. En effet, « il est capital pour tout scientifique de se faire connaître dès le début de sa carrière et de participer au meilleur niveau, aux débats et aux confrontations qui animent sa discipline et son champ de recherche. Le seul moyen d’y parvenir, le plus tôt possible, est de publier dans les meilleures revues à l’échelle qui est celle de la science, c’est-à-dire l’échelle de la communauté internationale » (p. 1). Dès lors, le classement des revues permettrait que les meilleurs d’entre elles attirent les « meilleurs articles » qui, par leur visibilité, serait ainsi insérés dans l’espace scientifique international. Une seconde préoccupation affleure dans la suite de cet éditorial : la justification de l’utilisation de l’argent public, qui doit aller au financement prioritaire des meilleures revues, i.e. des plus visibles. Alors, « mesurer l’influence intellectuelle de nos revues, au plan national et international, est donc un impératif scientifique mais aussi civique ».
L’enquête sur les périodiques se voit donc attribuer deux objectifs parallèles : « mesurer aussi bien que possible la présence française dans le paysage international des revues en sciences humaines et sociales. Cet instrument sera utilisé conjointement avec d’autres outils d’évaluation […] afin de concevoir et de développer une politique de l’édition scientifique. Cette politique doit être fondée sur un classement rigoureux des périodiques existants et elle doit aboutir à un soutien à la fois plus sélectif, mieux adapté aux besoins de la connaissance et plus économe de l’argent public » (p. 3).
La principale conséquence de l’enquête serait donc de déterminer le niveau de financement auquel les revues auraient droit. Il est intéressant de noter que, pour autant, le classement ainsi obtenu ne constituait pas l’unique élément d’appréciation dans les décisions concernant l’attribution des moyens financiers aux revues concernées. Peut être plus important encore était la nécessité faite aux revues de mettre en œuvre une politique active en matière d’édition électronique, le soutien étant conditionné à la mise en ligne d’un certain pourcentage du contenu éditorial. De façon très révélatrice, l’essentiel de ce numéro spécial est d’ailleurs consacré aux questions relatives à l’édition électronique et à ses enjeux, la partie sur l’enquête proprement dite étant rejetée en fin de volume.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *