Les publiants : réflexion autour d’une notion

Dans un article publié dans la lettre de l’OMASP (Observatoire des métiers académiques de la science politique), téléchargeable sur le site de l’AFSP (lettre n° 6, décembre 2008), Jean-Pierre Gaudin livre une très intéressante analyse du processus mis en oeuvre par l’AERES dans le cadre de ses préconisation concernant les « chercheurs publiants ». Etudiant les étapes successives de définition et de négociation de la « notion », JP Gaudin met en lumière les difficultés inhérentes à une catégorisation unifiée et quantitative de la production en sciences humaines. Il souligne en particulier toutes les forces contradictoires en oeuvre dans cette construction d’une évaluation « objectivante » et les modifications structurelles que connaissent aujourd’hui les opérations d’évaluation des SHS en France.

La première difficulté, reconnue de fait dès les premiers textes destinés à catégoriser les publiants, prend sa source dans la très grande hétérogénéité des champs disciplinaires. C’est elle qui a nourri les premières critiques à l’encontre de ces préconisations. Comme le remarque JP Gaudin, « il est apparu au cours de cette controverse que la difficulté à se rallier pour l’essentiel à un socle quantitatif d’allocation des valeurs venait non seulement de l’histoire de chaque discipline, de son institutionnalisation ou de son rapport à la commande de recherche, mais aussi (plus épistémologiquement) de la manière dont s’y construisent les objets de recherche et dont se définit la connaissance légitime ». Il s’est est ensuivi la demande d’une approche parcellisée : pour chaque discipline, la définition des publications à prendre en compte devait apparaître de façon claire. Reste que l’objectif initial, produire une évaluation quantitative permettant une comparaison ou un classement des unités SHS quelque soit leur(s) discipline(s) risquait de se perdre dans une telle fragmentation. La solution préconisée est alors de recourir à un système de points ou d’étoiles attribuant, au sein de chaque discipline, à chaque type de publication, une valeur. On peut ainsi compter, peser, comparer des entités qui seraient de même valeur, à défaut d’être de même nature. Mais pour autant, les difficultés à produire un instrument de ce type ont progressivement conduit à reconsidérer la validité d’une évaluation spécifique par discipline (sans système d’équivalence) organisée cependant dans le respect d »un énoncé concis des règles les plus générales ». On en revenait donc à l’évaluation qualitative classique adossée à quelques éléments quantitatifs.

Pour JP Gaudin, cette nouvelle étape ne peut être considérée comme un simple retour en arrière. L’usage des données quantitatives, la reconnaissance des spécificités disciplinaires et le recours à une collégialité d’experts engendrent en effet un processus qui contraint les communautés en question à élaborer un consensus propre à chaque discipline, dont il peut être rendu compte publiquement. Selon lui, les transformations des modalités de l’évaluation en France s’inscrivent dans un modèle anglo-saxon pragmatique qu’il qualifie de « rationalité procédurale ».

Il conclut : « Pour l’essentiel, le dispositif d’évaluation scientifique ici considéré rend plus généralement compte d’une évolution qui participe d’une mise en question de la République des savants. Une transition semble notamment s’esquisser entre le modèle de « l’expertise substantielle », tâche encore ponctuelle confiée à des pairs, et une évaluation plus « procédurale » et continue, susceptible d’une certaine professionnalisation. Pour s’affirmer, cette évolution suppose cependant l’émergence de nouvelles formes de légitimation du jugement en valeur. En effet, l’expertise substantielle fondait son autorité sur les positions acquises par les pairs dans la communauté scientifique et/ou sur une élection référée à des valeurs et des programmes collectifs. De son côté, l’évaluation procédurale va rechercher des éléments de
conviction et des garanties de qualité du côté du respect des processus explicites et des formes de publicisation. Elle fait le pari que son sérieux se mesurera à l’affichage de critères, de classements, de protocoles. Et que sa crédibilité reposera sur l’ouverture contradictoire des démarches. La forme importe-t-elle dès lors plus que le fond ? Plus exactement, c’est le postulat que le fond dépendra beaucoup d’une forme qui saura rendre explicite et mettre en scène des pesées multiples ».


Vous aimerez aussi...

+ a forcommentstiel, le di,lleadi" clas