Quis custodiet ipsos custodes? Une histoire édifiante sur l’ANR

Voyant la saison de l’ANR et de ses joies approcher, je me dis que c’est la peine de raconter une histoire édifiante qui m’est arrivée il y a maintenant un an.

Lors de la campagne 2013–2014, j’ai soumis en tant que « PI » du côté français un projet international franco-roumain, disons pour faire bref un projet d’histoire des sciences. Peu importe exactement pourquoi je m’étais laissée aller à soumettre un projet : c’était le premier et ce sera sans doute le dernier. Le fait est que ce projet, qui n’était pas parfait mais qui était loin d’être indigne, et dans le cadre duquel les collègues concernés auraient indubitablement travaillé, n’a pas été financé, comme je l’ai appris en septembre 2014.

Je dois reconnaître avoir été un peu énervée, non pas parce que le projet ne serait pas financé, mais parce que l’évaluation négative qui nous a été transmise du côté français était scandaleuse. Je crois que j’aurais très bien admis qu’on me dise que le projet ne pouvait pas être financé étant donné les baisses du budget et les hausses du nombre de projets, mais il était inadmissible que l’évaluation semble avoir été écrite pour nous signifier que nous étions, nous et notre projet — « mauvais » ? Pas seulement. Plus exactement faudrait-il dire : « en-dessous de tout », « archi-nuls », « complètement à la ramasse ».

Assurément, il n’était pas impossible que nous ayons été, nous et notre projet, en-dessous de tout. Ce sont des choses qui arrivent… Mais le problème de cette interprétation était que, d’une part, le rapport transmis du côté roumain était quant à lui très positif, plus exactement très positif comme peut l’être un rapport qui a été fait soigneusement — notant par exemple qu’il y a peut-être un point un peu plus faible que les autres mais qu’il serait surmonté, d’autre part qu’il y avait des éléments factuellement mensongers et en tout cas faux dans le rapport français. Du moins je ne vois pas comment qualifier autrement le fait qu’un rapporteur écrive « le projet fera A » quand nous avions écrit « le projet fera B ».

Étant donné ce qu’est le tout petit milieu de l’histoire des sciences, il n’était pas difficile de savoir qui avait pondu ce rapport. Mais on n’est pas en Sicile et, plutôt que la vendetta, dont chacun sait qu’elle ne finit jamais, je me suis dit que j’allais présenter un recours à la commission ad hoc, une possibilité explicitement ouverte dans le cadre de la « démarche qualité » de l’ANR.

Je me suis donc fendue d’une belle lettre, qu’on trouvera ici. Elle permet d’ailleurs, je pense, de juger de l’exactitude des paragraphes précédents. J’ai peut-être eu le tort de ne pas l’envoyer en recommandé : mais je n’ai aucun doute qu’elle est arrivée, d’autant que je l’ai également envoyée par mail.

Je n’ai — jamais — eu de réponse de la commission de recours. Je suis sûre que « l’expert » qui a rapporté sur notre projet officie — encore.

— Alors la vendetta ?

— Mais ça serait quoi une vendetta contre l’ANR, ses experts et sa commission de recours ? T’imagines quoi ? Kill Bill version académique ?

— …

— Retournons plutôt travailler et évitons d’avoir plus jamais quoi que ce soit à faire avec l’ANR.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *