De la légitimité des experts

Le débat sur les questions d’évaluation reste à l’ordre du jour dans l’attente des décisions ministérielles consécutives aux assises et parmi celles-ci, celle de la légitimité des experts désignés pour procéder aux évaluations. ll s’agit d’un très ancien débat puisqu’on le trouve déjà au coeur de la réforme des universités de la fin du XIXe siècle avec la mise en place des procédures de régulation de la profession académique par les pairs eux-mêmes. A cette époque s’impose un double système de désignation qui existe encore de nos jours: une partie des experts est élue, une autre nommée. Les modes d’élection ont varié selon les périodes, essentiellement sur la base d’un scrutin uninominal jusqu’à la fin des années 1970 auquel est substitué un scrutin de liste dans les années 1980, après un court intermède caractérisé par le tirage au sort en 1982.

Le mode de fonctionnement de l’AERES, basé sur le recours à des experts nommés et/ou cooptés a été à l’origine de nombre de critiques lui opposant le modèle électif dominant du CNU et du Comité national. Philippe Büttgen, président de la  Conférence des présidents du Comité national de la recherche scientifique (CPCN), vient de faire paraître une tribune sur ce thème: « Evaluation de la science. N’ayons pas peur de l’élection ! » dans la revue Pour la science (n° 423, janvier 2013) dans laquelle il se prononce en faveur du mode électif, seul garant selon lui de la démocratie scientifique. Sa critique principale au principe de la nomination est qu’elle entraîne de facto une soumission des experts à ceux qui les ont nommés et aux modalités d’évaluation qu’ils entendent promouvoir, perdant de ce fait leur indépendance. Pour lui, « seule l’élection dote l’expert d’une vraie légitimité et lui confère une confiance durable en son propre jugement » tout en lui garantissant la confiance de ses pairs.

Or, tous les systèmes d’évaluation scientifique ne repose pas sur l’élection. Pour ce qui concerne l’évaluation des projets dans le cadre de l’ESF par exemple, c’est à des pools d’experts cooptés qu’il revient d’expertiser les projets déposés au niveau européen. Les modalités de l’évaluation des universitaires dans nombre d’universités étrangères reposent également sur des commissions non élues.

La question de la désignation des évaluateurs renvoie aussi, plus largement, à la place  faite à cette fonction dans l’activité professionnelle des chercheurs et enseignants-chercheurs. Sa faible prise en compte en France a été soulignée par Michèle Lamont et Bruno Cousin dans une contribution au Times Higher Education. Ces différentes considérations font désirer qu’une véritable réflexion s’engage sur l’activité d’évaluation, non seulement au travers de ses instruments, mais aussi de sa fonction et des conditions de son exercice. Une mise à plat des différents modèles français et étrangers contribuerait certainement à la nourrir d’intéressantes perspectives.


2 réponses

  1. François Blanchard dit :

    Chère Emmanuelle,
    Quelques commentaires rapides.
    Que les experts soient nommés ou élus, des groupements d’intérêts (qui peuvent être plus ou moins légitimes) se feront représenter. Mais ce ne seront pas tout à fait les mêmes suivant le mode de choix. D’autres pistes de réflexions :
    -évaluation par un seul expert, ou plusieurs, ou par un collectif ? La dynamique des collectifs d’évaluation auxquels j’ai participé m’a souvent surpris. En sens inverse, un expert unique a ses propres préjugés. Ça dépend aussi, bien entendu, de ce qu’il s’agit d’évaluer : l’activité d’une personne, ou celle d’un collectif.
    – le caractère très hiérarchisé de l’AERES m’inquiète. Cette hiérarchisation existe-t-elle hors de France, par exemple dans la NSF ou dans les organismes équivalents des pays européens ?

    • Emmanuelle Picard dit :

      Cher François,

      la question du mode de désignation n’est pas tout à fait la même que celle de la forme collective/individuelle de l’activité. Ni même que celle de la pérennité (ou au moins le reconduction) d’un collectif d’experts et de la construction collégiale d’un dispositif d’évaluation.
      Je crois qu’il serait intéressant d’élargir le débat en s’interrogeant sur ce qui fonde la légitimité à être expert. Derrière l’idée d’une évaluation par les pairs, on fait souvent l’économie d’une réflexion sur les compétences et les caractéristiques attendues d’un expert. S’opposent alors deux modes de gestion: une autodéclaration de sa compétence (principe électif) versus une désignation extérieure (nomination).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *