Les indicateurs du bonheur

16 septembre 2012
Par

Si on était une espèce de radio locale comme on en voit parfois apparaître au cinéma, je vous dirais d’une voix douce, avant de commencer, que ce billet est dédié à Ghislaine. Ghislaine, c’est Ghislaine Filliatreau, la directrice de l’Observatoire des sciences et des techniques.

Elle m’écrivait cet été qu’elle rêvait d’avoir du temps pour tenter de développer une nouvelle catégorie d’indicateurs scientifiques, des indicateurs de “qualité de vie professionnelle scientifique”, construits en reprenant la notion des capabilités de Sen. Alors, comme décidément les derniers beaux jours me donnent envie d’écrire ce qui me passe par la tête plutôt que de travailler, je vais vous raconter quel train de pensées ça a réveillé dans ma tête, un train de pensées qui s’est formé à plusieurs reprises l’an dernier, où j’avais accepté de participer à un groupe de travail du Ministère “Indicateurs en SHS”. Je précise que je parle, une fois de plus, en simple citoyenne de la République des savant.e.s.

Partons des indicateurs quantitatifs. J’ai dit ici que, pour moi, l’opposition entre une évaluation “quantitative” et une évaluation “qualitative” n’était pas une opposition pertinente pour comprendre ce qui se passe actuellement. Il faut bien que je le redise autrement, et même un peu plus fermement, puisqu’elle continue d’être mobilisée, par exemple dans certaines déclarations de sections du CNU à propos de l’évaluation des enseignants-chercheurs. Moi, ça n’est pas mon truc de vitupérer contre le quantitatif comme tel, au premier degré parce que je trouve que c’est quand même sacrément bien quand on a des mesures et des nombres, c’est du solide et du concret ; et, au second degré parce que les auteurs philosophiques qui vitupèrent contre le quantitatif sont assez rarement sur ma table de chevet, ou plutôt sur mon bureau. Ce contre quoi je vitupère parfois, si tant est que je vitupère, c’est , comme je le disais, toujours au même endroit, à la fois un mauvais usage du quantitatif (l’usage managérial) et de mauvais indicateurs.

Pour faire comprendre ce que j’entends pas mauvais indicateur, le plus simple est une petite BD paru dans le Fakir de cet été-ci. Les dessins ne sont pas géniaux, c’est le texte qui compte. Ce se présente comme deux séries de vignettes, une dessus, une dessous. Au-dessus, il y a cette série de vignettes  : “Vous fumez… Vous attrapez le cancer… Vous faites des radios, des chimios… Votre famille achète un cercueil en chêne… C’EST BIEN : VOUS RELANCEZ LA CROISSANCE !” Au-dessous, il y a une autre série de vignettes : “Vous cultivez votre jardin… Vous faites une tarte à la rhubarbe… Vous l’apportez à votre maman malade… Vous jouez au foot avec votre fils… C’EST MAL : VOUS NE FAITES RIEN POUR LE PIB!” Si vous voulez une autre référence, il y a une scène dans le film de Coline Serreau, Solutions locales pour un désordre global. On y voit un agronome indien qui dit :  “Chaque fois que je donne une conférence, je pose la question : Qu’est-ce que la croissance ? Qu’est-ce que le PIB ? C’est la somme d’argent qui change de mains. C’est très intéressant. Si vous avez un arbre debout, le PIB ne change pas. Si vous coupez l’arbre, le PIB augmente. S’il y a une rivière qui est propre, le PIB n’augmente pas. Mais si la rivière est polluée, le PIB augmente, non pas une, mais trois fois. Pourquoi ? D’abord, puisque des déchets ont été rejetés dans la rivière, c’est que de l’argent a été échangé, donc le PIB augmente. Ensuite, quand la rivière est polluée et que les riverains boivent son eau, ils tombent malades, vont chez le médecin et, de nouveau, de l’argent est échangé. Et enfin, si vous apportez une technologie pour nettoyer la rivière, de l’argent change encore de mains et le PIB augmente encore.”

Ce que ces deux histoires disent en peu de mots, c’est la même chose. Le PIB est un indicateur, mais il n’indique pas tout,  en tout cas pas beaucoup des choses qui, at the end of the day, nous paraissent importantes. A ce point, deux solutions. Ou bien avoir une position mystérianiste et peu ou prou anti-science : on ne veut pas d’indicateurs (la qualité de vie, c’est quelque chose de trop mystérieux pour être quantifié, son sel nous échappera toujours et pour tout dire par définition). Ou bien on a une position que les tenants de la première position diront scientiste : on se dit qu’il faut d’autres indicateurs, ou en tout cas, en plus faible, que les sciences sont des grandes et belles œuvres, y compris quand elles quantifient, et que ce serait bien d’être capable, là aussi, de quantifier. On aura compris que j’ai un peu plus de sympathie pour la seconde de ces positions, du moins dans sa version faible. Mais c’est une position compliquée en pratique.

En politique, on doit non seulement avoir des indicateurs économiques pour cerner le “niveau de vie” des individus dans une société donnée (ses conditions de vie, sa santé, son instruction par exemple). Le PIB en fait partie. Mais sans doute aussi faut-il des indicateurs sociaux : à niveau de vie égal, il me semble qu’on vit beaucoup moins bien dans une société où ledit niveau est le plus bas des niveaux possibles que dans une autre société où ce niveau de vie correspond au niveau de vie “moyen”. Je ne pense pas que ça ait toujours été comme ça, mais il me semble en tout cas que les “idéaux démocratiques” d’aujourd’hui vont de pair avec l’idée que les inégalités de ressources ne doivent pas être exagérément exagérées si on veut que l’égalité ne sont pas un fantôme juridique. Une autre espèce d’indicateur social pourrait aussi porter sur le fait qu’on puisse avoir des relations avec ses semblables, plein d’espèces de relations de toutes sortes (si vous avez déjà rencontré des gens isolés de force, ou contraints à une seule espèce de relation avec leurs semblables, vous comprenez). Ce qui nous pousse à multiplier les indicateurs sociaux en politique, c’est quand même, le plus souvent, l’idée qu’on voudrait que les êtres humains d’aujourd’hui et de demain aient des conditions de vie telles qu’ils puissent être heureux. (“Le plus souvent” parce qu’ il y a les écologistes radicaux qui défendent l’existence de toutes les formes de vie absolument ; les transhumanistes qui voudraient peut-être un indicateur de rapidité de notre transformation ; peut-être aussi des religieux qui voudraient un indicateur de religiosité ; d’autres encore : mais bon, on me permettra de les laisser en dehors du raisonnement.) Donc on dit que ces indicateurs sont “sociaux”, pour les distinguer des indicateurs “économiques”, mais ce dont il est question, c’est bien des individus et des capacités qu’ils ont d’être heureux. Finalement, l’histoire racontée par l’agronome indien rappelle aussi qu’il nous faut aujourd’hui aussi des indicateurs environnementaux. Je pense que vous en avez d’autres encore à me proposer : d’où le premier problème, comment établir une liste d’indicateurs convenable, et s’assurer que les indicateurs sont en eux-mêmes convenables, c’est-à-dire qu’ils indiquent bien ce qu’ils sont supposés indiquer ? Mais, aussitôt, deuxième problème : comment est-ce qu’on pondère ces différents indicateurs ? Comme les indicateurs mesurent par définition des choses différentes, cette pondération n’ira pas sans des choix, et ces choix dépendent à leur tour de certaines valeurs morales, sociales, politiques, etc.

Pour les indicateurs qui seraient utiles en politique des sciences, à mon avis, on a les mêmes problèmes, plus un un peu en amont. Je trouverais pour ma part idiot de refuser absolument qu’il y ait des indicateurs économiques, ce serait avoir une vision des sciences et des savoirs totalement désincarnée, que je crois largement illusoire. J’imagine qu’on peut avoir des indicateurs environnementaux (se dire que ce n’est pas forcément utile de faire trois fois par mois le tour de la planète en avion pour présenter le même papier), mais ce n’est sûrement pas le plus important. Mais qu’est-ce que seraient les indicateurs sociaux pour les sciences ? Autrement dit, est-ce qu’on peut dire : je vais faire des indicateurs qui permettent de mesurer si on se rapproche des conditions de travail qui permettent aux chercheur.se.s d’être content.e.s ?

Dire non, c’est dire qu’il n’y a que des indicateurs économiques, et c’est à vrai dire une tendance des indicateurs économiques que de tout avaler, en quelque sorte ; donc je voudrais dire oui, ne serait-ce que pour rappeler qu’il y a aussi les indicateurs de la tarte à la rhubarbe et de la partie de foot. Dire oui maintenant, c’est dire que les conditions dans lesquelles le contentement des chercheur.se.s peut être réalisé – faisons bref, “le contentement des chercheur.se.s” mesure quelque chose d’important, non seulement pour eux, ce qui est certain, mais pour la qualité du travail qu’ils font. Je dois reconnaître avoir tendance à penser que c’est bien le cas, et plus exactement, que, si on n’avait pas cela, on n’aurait plus rien. Mais, parfois, il m’arrive de penser aussi que nous pourrions tous nous tromper, et être dans une sorte d’illusion collective quant à l’importance de ce que nous faisons ou ne faisons pas.

Et c’est à chaque fois sur ce grand doute que je m’arrête, que je me réveille, et que je retourne à mes petites affaires.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Analyses et opinions

6 commentaires pour “ Les indicateurs du bonheur ”

  1. FILLIATREAU Ghislaine le 18 septembre 2012 à 9:25

    Chère Sophie

    Merci de nous rappeler que le progrès, c’est le compromis plus la vigilance ;-)
    Concernant le PIB, je voudrais rappeler, pour l’ironie de la chose, qu’à l’origine c’est un intermédiaire de calcul qui n’a pas vraiment été conçu pour être un indicateur ; que c’est une mesure d’activité, en flux,- et non celle d’un bien, en stock, et que les économistes qui le connaissent n’ont jamais prétendu qu’il mesure ce qu’on appellerai la richesse en langage courant, et moins encore ce qu’on appelle le bonheur ; ce qui explique toutes les absurdités pointées : mais ainsi vont les choses …

  2. Pablo le 9 octobre 2012 à 11:52

    Merci pour ce beau billet.

    Je me permettrai de proposer une nuance. Il faut, à mon avis, distinguer les usages des indicateurs. Le PIB n’est pas un problème en soi. Dire que le PIB de la France est plus important que le PIB de la Suisse est une information qui permet d’en contextualiser d’autres, malgré toutes les limites de la mesure. Elle me parait utile. Ce qui pose problème, c’est l’utilisation d’indicateurs comme finalité, de dire “je veux que le PIB augmente de 10%”. Car alors on génère une action sur l’indicateur lui-même, y compris (et même surtout) dans ses limites. Polluer une rivière devient un moyen rapide d’augmenter le PIB.
    Maria Beauvallet a développé cela dans “Les stratégies absurdes”.

    Avec ces nuances, utiliser la bibliométrie pour comprendre où se situe mon université, quelles sont ses points forts ou faibles ne me pose pas de problème. Evaluer les chercheurs au nombre d’article génère un saussissonnage des publications (cf. l’exemple australien).

    De même, je n’ai besoin de pondérer plusieurs indicateurs que si je veux en faire un indicateur unique, un ranking. Mais pour augmenter mes connaissances, je peux avoir un tableau avec le nombre d’étudiants, le nombre de prof, le budget, le nombre de publications, le nombre de doctorants, etc. sans avoir besoin de pondérer ces informations.

    Ceci étant précisé, oui, mille fois oui, il faut essayer de développer des indicateurs (pas 1 seul) sur le bonheur des scientifiques. Pourquoi pas des enquêtes, tout simplement (nous réfléchissons à cela pour nos jeunes chercheurs par exemple). Mais aussi des indicateurs sur les carrières, sur le temps de travail (combien de temps passé à remplir des time-sheets ?), sur le changements de sujet (est-ce que l’on a la possibilité d’explorer de nouvelles voies), sur les rétractations d’articles, etc.

    • Sophie Roux le 10 octobre 2012 à 16:11

      Cher Pablo,
      Je suis en un sens tout à fait d’accord, au point que dans une version non publiée j’étais partie non pas sur une distinction non pas entre indicateurs, mais entre usages des indicateurs. Ce qui m’en a retenu, c’est le sentiment d’avoir entendu (et dit) trop de fois : “X ne fait pas problème, c’est tel usage de X qui fait problème”.
      En un sens, c’est vrai. En un autre sens, outre le fait que je suis ainsi faite que, lorsque j’entends trop de fois quelque chose, je commence à me demander si c’est bien si évident ou vrai qu’on veut bien le dire, le problème est que les indicateurs induisent presque inévitablement certains usages (comme un marteau ou une mitraillette !). Par exemple, une fois que tu as situé ton université, ça a de fortes chances de t’incliner à rester ou à partir : les connaissances ne resteront pas de “pures connaissances”, mais elles généreront certaines actions. Supposons donc qu’il y a un indicateur idiotement construit mais dont on dit qu’il est mondial (suis mon regard), il y aura des rapidement “usages” de cet indicateur.

      • Pablo le 10 octobre 2012 à 17:54

        Oui. Je suis tout à fait d’accord pour dire que ce discours peut cacher parfois des pratiques moins honorables. Mais à l’inverse, j’ai tellement lu de critiques (surtout en France) sur le fait même de mesurer (la plus caricaturale disait “toute mesure est fasciste”) que je pense pouvoir répéter la même chose encore quelques décennies.

        Une grande partie de mon travail consiste à prêcher à la fois pour plus d’indicateurs et pour un usage raisonné de ceux-ci. Je prends souvent l’exemple suivant : si l’on constate qu’un de nos départements n’est pas au niveau souhaité (en recherche ? en enseignement ?), on peut aussi bien décider de fermer cette branche, de la fusionner avec une autre, ou bien de la renforcer financièrement et humainement, selon qu’on estime que cette discipline est obsolète, redondante ou essentielle à l’université. Pas d’automatisme donc dans la prise de décision, mais une décision aussi informée que possible.

        J’ai eu l’occasion récemment d’aller en Asie et j’ai pu rencontrer des personnes de toute la région Asie-Pacifique. D’une manière générale, les représentants des différentes universités étaient très orientés indicateurs dans le sens managerial du terme. Il était amusant (inquiétant ?) de voir que le fournisseur de base de données qui nous invitait souhaitait freiner cette utilisation inconsidérée de la bibliométrie et me faisait intervenir justement pour montrer un usage raisonné des indicateurs et rankings.

        Cela dit, j’ai conscience aussi que cette position modérée est plus facilement tenable dans une université bien dotée financièrement et assez reconnue mondialement, comme l’est la mienne (Genève).

  3. Pablo le 11 octobre 2012 à 12:17

    By the way…

    “Nature’s 2012 Salary and Satisfaction Survey suggests that many scientists are content with their work, but uneasy about finances.”

    http://www.nature.com/nature/journal/v488/n7413/full/nj7413-685a.html

  4. Ghislaine le 14 septembre 2014 à 11:13

    Chère Sophie

    nous sommes toujours bien loin des indicateurs du bonheur (même en considérant cette image comme une métaphore poétique de choses plus facilement mesurables…). Par contre, nous poursuivons notre objectif de prendre en compte les usages des indicateurs – et d’autres structures comme la nôtre font de même ; ainsi, nous avons lancé en mai un mouvement que nous espérons perpétuel :-)
    http://www.obs-ost.fr/fractivit%C3%A9s/workshop_international
    outre les aspects techniques liés à cette préoccupation, il faut développer la recherche sur les usages, mais aussi sur les effets des usages des indicateurs – ces effets sont à observer, car ils sont largement indépendants des objets techniques que sont les indicateurs, et même des intentions de ceux qui en font usage.

Laisser un commentaire


Carnets de recherche