Sur l’évaluation des enseignants-chercheurs (Alain Herreman)

17 juin 2012
Par

Sylvestre Huet, qui anime le blog Sciences² de Libération a publié successivement ces dernières semaines
— une lettre de Christophe Mileschi, dans lequel ce dernier expliquait pourquoi il refuserait de se soumettre à une évaluation individuelle,
— une réponse à Christian Mileschi de Frédéric Dardel, président de l’Université Paris-Descartes.

Etant donné les problèmes qui nous ont occupés ces dernières années, même si nous n’avons pas écrit récemment de billets, il me semble bienvenu de reprendre ici la réponse à Frédéric Dardel d’Alain Herreman, Maître de conférences en histoire des sciences Université de Rennes-1.

“En réponse à l’annonce dans laquelle Christophe Mileschi déclarait refuser de se soumettre à l’évaluation systématique des universitaires imposée depuis 2009 par la loi (mais pas encore mise en place), Frédéric Dardel a écrit pour déclarer son soutien à une évaluation qu’il juge pour sa part “salutaire et républicaine”. La question des modalités de définition des politiques scientifiques est évidemment cruciale et complexe. Cette définition ne saurait bien sûr être laissée aux seuls scientifiques, aux seuls responsables politiques, aux seuls dirigeants économiques, aux seuls associations et partis écologiques, etc. Cette complexité se retrouve inévitablement dans la question de l’évaluation des enseignants-chercheurs. Cependant, depuis que les techniques de “management” ont gagné les milieux politiques, l’évaluation n’est plus seulement une composante d’une politique publique : elle en tient en grande partie lieu. C’est le principe du “benchmarking” : les indicateurs eux-mêmes définissent une politique qui se trouve de ce fait à peu près réduite à éliminer les éléments qui “sous-performent”. L’évaluation peut ainsi tenir lieu de politique, et en particulier de politique scientifique. Ici comme ailleurs, une partie du pouvoir est alors transférée aux “agences de notation”.

Les arguments “sur les principes” donnés par Frédéric Dardel pour défendre l’évaluation systématique des enseignants-chercheurs sont difficilement contestables. Mais il ne s’en tient pas aux principes et il est bien obligé de considérer aussi la pratique, et cela au moment même où il pose la question des objectifs de l’évaluation. Ce moment est significatif si l’on pense qu’avec le benchmarking la détermination des objectifs et l’évaluation se confondent, ou peu s’en faut. Ainsi, au moment de déterminer les objectifs de l’évaluation, Frédéric Dardel se tourne vers son expérience personnelle, celle d’un chercheur du CNRS…

Depuis que les enseignants-chercheurs se sont mobilisés contre la réforme de leur statut, et en particulier l’introduction de l’évaluation obligatoire, ils ont été confrontés comme ici à l’incompréhension de nombre de chercheurs du CNRS. Mais ces derniers, habitués et attachés à une certaine évaluation, confondent l’évaluation qu’ils connaissent avec l’évaluation à laquelle les enseignants-chercheurs s’opposent : le mot est le même, la chose est différente.

Entre l’évaluation pratiquée au CNRS et celle envisagée pour l’université, il y a d’abord une différence de nombre. La massification de l’évaluation, c’est comme la massification de l’enseignement supérieur : cela en change la nature. Mais il y a surtout une différence de destinataire. Les évaluations des enseignants-chercheurs ne sont pas destinées aux enseignants-chercheurs. Elles ne sont pas non plus destinées aux directeurs d’UFR ni aux directeurs de laboratoires. Les évaluations sont destinées AUX PRESIDENTS D’UNIVERSITE. Ce n’est pas un fantasme : c’est dans le texte du décret.

Un président d’université, ne serait-ce que par le nombre de dossiers qu’il a à considérer, mais aussi parce qu’il est bien obligé de comparer un enseignant-chercheur en droit avec un enseignant-chercheur en mathématiques, n’est intéressé que par des critères simples, simplissimes, du quantitatif, et encore : des tout petits chiffres. Pas trop nombreux non plus. Genre : A, B, C. Pas plus. Les enseignants-chercheurs ou le CNU peuvent lui remettre ce qu’ils veulent comme dossier, cela sera transformé en du A, B, C. C’est d’ailleurs là à mon avis la grande naïveté de nombre de collègues du CNU qui croient pouvoir définir et contrôler une évaluation qui n’en restera pas moins destinée aux présidents d’université.

Si les évaluations du CNRS étaient destinées au directeur général du CNRS, je dis bien au directeur du CNRS, les chercheurs du CNRS y seraient-ils toujours aussi favorables?! Et si les résultats de cette évaluation devaient servir à faire enseigner un peu plus certains chercheurs du CNRS (par exemple, parce que le ministre l’aurait demandé au directeur du CNRS…)? J’ai comme l’impression que l’évaluation perdrait à leurs yeux beaucoup de son caractère “salutaire et républicain”.

Que peut faire aujourd’hui un directeur de laboratoire avec les évaluations des chercheurs du CNRS? Faire faire aux chercheurs plus de recherche ?! Un président d’université a lui un problème majeur : trouver des enseignants pour faire les enseignements. C’est son problème. Sa priorité. Et son université est déjà en déficit. Ce qui est premier c’est le besoin d’enseignants. Ce n’est pas le besoin d’évaluation. Pas même le besoin de recherche à l’université : le besoin d’enseignants. Il convient de réintégrer cette petite contrainte toute économique. Les grands principes républicains n’ont pas grand chose à faire ici. Malheureusement.

En bref, l’évaluation pratiquée au CNRS est un examen, l’évaluation à l’université est un concours. Cette fois les mots sont bien différents (surtout quand les épreuves ne sont pas exactement les mêmes pour tous et que l’on n’a pas des correcteurs compétents pour tout le monde…). C’est un concours parce qu’on a impérativement besoin de désigner des “derniers” pour les faire enseigner plus. Mais après les “derniers”, il y a les suivants. Chacun connait l’histoire/poème attribué à Martin Niemöller : Lorsqu’ils sont venus chercher les communistes Je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste. Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste. Lorsqu’ils sont venus chercher les Juifs Je n’ai rien dit, je n’étais pas Juif. Puis ils sont venus me chercher Et il ne restait plus personne pour protester.

Avant il y avait les laboratoires classés “A”. Nombre de membres de ces laboratoires s’accommodaient des sanctions subies par les laboratoires moins bien classés. Là aussi, l’évaluation des laboratoires par l’AERES ressemblait beaucoup au début à celle pratiquée au CNRS. Et puis le classement “A+” a été introduit. Certains se sont retrouvés classés seulement “A” quand d’autres ont été classés “A+”. Ces “A” se sont alors sentis un peu “B”, voire “C”. Ils ont éprouvé des sentiments qu’ils avaient jusque là ignorés… Et puis sont venus tous les “Ex” : Labex, Idex, etc. Être “A+” ne suffisait plus. Et il ne restait plus personne pour protester.

Mon appréciation des forces en présence diffère un peu de celle de Frédéric Dardel. Il défend l’évaluation des enseignants-chercheurs parce qu’il l’imagine sur le modèle qu’il a connu au CNRS. Rien pourtant ne justifie qu’il en soit effectivement ainsi. Le risque me semble plutôt que l’évaluation pratiquée au CNRS, généralement appréciée par ceux qui y sont soumis, ne soit bientôt qu’un souvenir et soit rendue conforme au modèle managérial qui aura été mis en place dans les universités. N’y en a-t-il pas déjà des signes avant-coureurs?

Face à ce pari, et dans le contexte actuel, refuser l’évaluation systématique des enseignants-chercheurs destinée aux présidents d’université et demandée par eux apparaît une position très raisonnable.”

Alain Herreman, Maître de conférences en histoire des sciences Université de Rennes 1


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Analyses et opinions

3 commentaires pour “ Sur l’évaluation des enseignants-chercheurs (Alain Herreman) ”

  1. [...] viaSur l’évaluation des enseignants-chercheurs (Alain Herreman) | Évaluation de la recherche en SHS. Share this:TwitterFacebookLike this:LikeBe the first to like this. This entry was posted in Uncategorized. [...]

  2. silver price le 11 septembre 2012 à 12:33

    Travaillant dans une entreprise qui a des contacts fréquents avec la recherche publique, ce blog me fait bien rire. ” Nous sommes évalués par des locaux..” c’est bien là que le bat blesse. Je t’évalue, tu m’évalues. croyez vous que je vais dire du mal de l’autre. On est évalué par plus d’une personne; qui est responsable de l’évaluation? Aller chercher une note inférieure à 16/20. vous n’en trouverez pas. La recherche est-elle le seul endoit où tout le monde est bon, reponsable et travaille sérieusement. La vérité est qu’il y a évaluation et évaluation. Toutes les personnes qui travaillent dans une entreprise où on est évalué par son manager vous le diront. Quand à la remarque que je vois venir sur le risque d’être évalué par son chef, parce que c’est bien ce à quoi ils s’opposent, la différence entre etre évalué par un comité où personne n’est responsable de quoi que ce soit, et être évalué par son manager est qu’il prend sa responsabilité. Il signe er s’engage sur le document. On a coutume de dire qu’une évaluation évalue autant l’évalué que l’évaluateur. Au passage ces enseignants chercheurs qui ne peuvent pas supporter d’être évalués par leurs managers, cela ne les genent pas du tout d’évaluer, de manière individuelle, leurs élèves.

  3. Yves-François LE COADIC le 28 janvier 2013 à 14:09

    Évaluer pour évoluer
    Dans le mot évaluation, on trouve essentiellement l’ancien français “value” (et le même mot en anglais) qui s’exprimerait actuellement de deux façons: par appréciation, estimation (ces termes suggèrent le caractère à la fois subjectif et relatif de l’exercice) ou par calcul (on met en évidence cette fois la détermination d’une quantité par le calcul mais sans recourir à la mesure directe).

    Appréciation, estimation du travail d’un enseignant par ses pairs, son directeur, son principal, son proviseur, son président d’une part et d’autre part par ses élèves, ses étudiants, ses disciples, quoi de plus compréhensible ! Pour l’intéressé, l’évaluation doit être un outil pour améliorer la qualité de son enseignement. C’est une aide pour enrichir ses compétences et faire évoluer ses pratiques pédagogiques et ses pratiques communicationnelles. Mais outre la blessure narcissique qui peut être ressentie par celui ou celle qui est évalué(e), le caractère à la fois subjectif et relatif de l’exercice est un inconvénient que la pluralité des regards évaluateurs peut améliorer. Il en est de même de l’appréciation et de l’estimation du travail d’un chercheur par ses pairs et par les responsables de son organisme.

    Pourquoi alors en France, ces évaluations des enseignants et des chercheurs (1) par leurs pairs, leurs responsables, leurs élèves, leurs étudiants, leurs disciples sont-elles refusées ? Parce qu’il n’y a pas en France de culture de l’évaluation mais une culture de l’inspection !

    Inspecter, un acte fondateur du système éducatif français.

    Dans la logique des traditions impériale, absolutiste puis républicaine, autoritaire et centraliste, l’administration française dans son ensemble et l’administration de l’éducation et de la recherche en particulier perpétue ces héritages. Pour forger une « solide » administration territoriale, Napoléon, alors Premier Consul, plus tard Empereur, créa en 1799 les Préfets, successeurs des Intendants royaux et redoutables agents de l’absolutisme impérial, aujourd’hui de l’autoritarisme et du centralisme républicains. Trois ans plus tard en 1802, il crée, dans le même esprit, les premiers Inspecteurs en leur dévoluant la même mission de contrôle et de surveillance. Inspecter les enseignants fut en tout premier lieu de la responsabilité entière de l’inspection générale de l’éducation nationale, créée par la loi générale sur l’instruction publique du 1er mai 1802. Ces « Inspecteurs généraux des études » rendaient compte devant le Ministre de l’Instruction publique et son directeur général. L’efficacité d’un tel système de contrôle lié aux rapports de forces politiques de l’époque imposa par la suite les inspecteurs dans le système éducatif dans son ensemble. Ceux-ci disposaient d’un droit de regard dès 1806 sur l’ensemble des structures éducatives, de l’école primaire aux universités (et ce jusqu’en 1888 pour les universités).
    Les actuels inspecteurs de l’Education sont chargés spécialement de contrôler et de noter les professeurs des lycées et collèges : ce sont des acteurs incontournables de la gestion des carrières. Car, ce qu’attend chaque enseignant de l’inspection et de la note qui l’accompagne, c’est une évolution de carrière mais pas un soutien ou une aide encore moins une remise en question de ses pratiques pédagogiques ni de ses compétences scientifiques. Elles ont été sacralisées une bonne fois pour toutes par les concours de recrutement CAPES et Agrégation, autres spécificités françaises qui permettent de recruter des fonctionnaires, autrefois hussards de la République, « épris d’ordre et de discipline et passionnés de grandeur nationale (française)». Les enseignants eux-mêmes peuvent demander à être inspectés. Il peut s’agir d’une simple demande de conseil, mais aussi le plus souvent d’une stratégie de gestion de carrière.

    Évaluer, un acte refondateur du système éducatif français.

    1) Un acte refondateur de l’enseignement
    L’enseignement en France est actuellement en déclin. En 2010, « à quelques jours d’écart, deux enquêtes internationales, Pirls et Pisa, sont arrivées porteuses de mauvaises nouvelles. Toutes deux aboutissent à la même conclusion : le système éducatif français est peu performant. Pirls porte sur les compétences en lecture à la fin de l’école primaire. Pisa interroge les adolescents de 15 ans sur leurs compétences en culture scientifique, mathématique et en lecture. Certains enseignants décident de les ignorer. D’autres hurlent au déclin et à la mort de l’Ecole (2)». En ce qui concerne les Universités, la France est également à la traîne. Seuls trois établissements français figurent dans le classement des 100 meilleurs établissements du monde établi par l’Academic Ranking of World Universities (classement de Shanghai) (3).

    Pour refonder l’enseignement, il faut le faire évaluer :
    par les premiers concernés : par les collégiens, les lycéens, les étudiants. Aussi étonnant que cela puisse paraître, ce sont les grands absents dans la démarche actuelle. Pourtant, pour eux, c’est le seul moment où ils peuvent exprimer leurs jugements, leurs difficultés, leurs besoins. Cette évaluation passe par la distribution de questionnaires.
    par les pairs : directeurs, principaux, proviseurs, présidents. Ces derniers doivent veiller au respect des programmes, au respect des répartitions horaires et, pour les disciplines expérimentales, au respect de l’alternance cours/travaux pratiques. Il leur faut évaluer l’implication de l’enseignant dans le suivi de l’élève, son implication dans la communauté pédagogique de l’établissement, mais aussi sa participation éventuelle à des actions pédagogiques au niveau local, régional, national et européen.

    2) Un acte refondateur de la recherche
    La « pauvre recherche française » n’est pas en meilleur état (4): c’est une recherche à la déroute. La stagnation, ces toutes dernières années, du poids mondial en publications dans certaines disciplines laisse supposer que la recherche française a besoin d’une dynamique nouvelle (5). Elle ne manque pas d’argent : la France est l’un des pays européens où les dépenses de recherche publique sont les plus fortes, en proportion du PIB (0,8 % en 2000). Mais, la recherche manque de performances. Pour les évaluer, il faut cette fois recourir à la mesure directe, en faisant appel à l’infométrie (ou à la bibliométrie).

    Pour refonder la recherche, il faut la faire évaluer :
    par les pairs : mais de façon plus objective. Dans les disciplines scientifiques, l’évaluation par les pairs désigne l’activité collective des chercheurs qui jaugent de façon critique mais pas toujours objective les travaux d’autres chercheurs (leurs « pairs »). Pour les revues scientifiques, l’évaluation par les pairs est menée par des comités de lecture qui sont autant des filtres cognitifs que des filtres sociaux décidant si le compte-rendu d’un travail de recherche soumis pour publication est acceptable ou non.
    par les responsables des organismes de recherche : les chercheurs doivent présenter tous les deux ans à leurs organismes un rapport d’activité ainsi que la liste des productions scientifiques en vue de leur évaluation. De nouveaux comités, commissions comprenant des membres élus ou nommés sont appelés à juger la qualité de ces travaux. Dans le monde académique français, ces organes ne brillent pas par leur fonctionnement démocratique : les élus le sont sur listes syndicales, les nommés le sont par le pouvoir politique en place.
    par la mesure de sa production, de sa notoriété : pour cela, pairs et responsables doivent recourir aux outils infométriques. L’infométrie permet de mesurer la productivité d’un auteur, d’un pays, d’une institution, ainsi que l’impact d’une revue, d’un thème, d’un auteur (en utilisant les comptages des références qu’a reçues un travail donné pendant une période). Ce que montre l’infométrie, dans les usages qu’il en est fait de plus en plus pour l’évaluation des activités scientifiques, c’est que la « cité savante » n’est pas aussi savante, en France tout du moins, qu’elle le fait croire. C’est ce qui expliquerait ce refus forcené de l’évaluation, que ce soit des recherches ou des enseignements, par les enseignants et les chercheurs, et le rôle de bouc émissaire qu’ils font jouer à l’infométrie (6).

    Évaluer plutôt qu’inspecter

    Cette nouvelle démarche refondant le système éducatif français ne pourra se faire que si disparaissent les traditions impériale, absolutiste et républicaine, autoritaire et centraliste qui gangrènent l’administration française dans son ensemble et l’administration de l’éducation et de la recherche en particulier. Le développement de l’autonomie des régions dans le cadre d’une Europe fédérale devrait effacer ces traditions d’un autre âge et introduire des procédures plus démocratiques de gestion des communautés éducatives et scientifiques.

    (1) Référence au mouvement de protestation des chercheurs de Février 2009, opposés
    à toute idée d’évaluation, notamment celle de l’enseignement.
    (2) http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lesysteme/Pages/88_LesystemePisaetPirls.aspx
    (3) http://www.arwu.org/ARWU2010.jsp
    (4) http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=268954
    (5) http://www.rayonnementducnrs.com/bulletin/b33/papon.htm
    (6) http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-04-0048-014

    Yves-François LE COADIC
    Professeur honoraire de Science de l’information au CNAM – Paris

Laisser un commentaire


Carnets de recherche