L’appel Slow Science

Sylvain avait esquissé ici une analogie entre le travail de chercheur tel qu’il le concevait et le travail d’un viticulteur biologique ou d’un artisan visant la qualité — plutôt que l’excellence.

Les analogies de cette espèce commencent à foisonner. Je viens ainsi de recevoir, en écho au mouvement Slow Food, un appel pour un mouvement Slow Science. Il est accompagné d’un texte sur la désexcellence, notion qui fait manifestement écho à la notion de décroissance.

Il y a là une préoccupation ancienne, qui rejoint un autre appel, celui-ci à témoignages, publié ici par François Blanchard. Dans les commentaires de cet appel, Claire renvoyait à un article de Noel Malcolm, historien des idées, journaliste politique et responsable de l’édition de Hobbes chez Clarendon.

Cet article de 1996 s’ouvrait par la question : aujourd’hui, quelle est la plus grande menace pour la vie académique ? La réponse venait immédiatement, je cite et traduis : « La plus grande menace est la surproduction. Une marée de publications qui ne sont pas nécessaires est en train de monter dans nos bibliothèques et dans nos universités ; elle menace de submerger notre vie intellectuelle, et personne ne sait comment l’arrêter. » Les deux principales causes de cette marée étaient exhibées : d’une part, la tendance à la spécialisation, d’autre part, la pression pour publier — la Grande-Bretagne était alors déjà sous le régime de l’évaluation productiviste que nous apprenons à connaître. Le lien entre ces deux causes était limpide, à condition de se demander où tous ces travaux de spécialistes sont publiés, je cite et traduis encore : « De plus en plus, dans des journaux qui s’adressent seulement à de minuscules cercles de spécialistes se soutenant les uns les autres, rédigeant mutuellement des rapports sur leurs articles respectifs, recommandant ces derniers pour publication, et demandant que leur université souscrivent au journal en question ».
Après avoir montré qu’une des conséquences de ce phénomène était, outre bien sûr un appauvrissement des publications, un retour aux formes les plus traditionnelles de mandarinat (car, n’ayant plus vraiment le temps de lire, on évalue par copinage ou par ouï-dire, i.e. sur les dires des mandarins), et écarté une fausse solution (l’idée qu’on résoudrait le problème en passant aux publications électroniques), l’article Noel Malcolm indiquait quels étaient, selon lui, les moyens d’arrêter la marée :
1) adopter un système d’évaluation privilégiant le quantitatif sur le qualitatif, i.e. consistant à évaluer un universitaire sur ce que ce dernier juge être ses trois meilleures publications dans les dix dernières années,
2) payer les universitaires pour qu’ils écrivent moins, ce qui reposait (encore) sur une analogie avec l’agriculture. La fin de cet article manipulant à merveille une forme d’humour noir que je ne peux m’empêcher de rapprocher d’A Modest Proposal de Swift, je me laisse aller à la traduire pour en profiter pleinement :

« Le système de la jachère fait que les fermiers sont payés pour ne pas cultiver. Pourquoi ne pas payer les universitaires pour ne pas écrire d’articles ?

L’État achète déjà tous ces produits à des prix subventionnés pour en mettre d’immenses quantités dans des chambres froides : il subventionne les bibliothèques universitaires, qui achètent les journaux et les empilent sans qu’ils soient lus. Il est temps que le système universitaire imite le système agricole de plus près. Les professeurs devraient recevoir une prime pour chaque année où ils ne publient pas un article. Inversement, une échelle de pénalités financières croissantes devrait accompagner chaque article ou chaque livre qu’ils produisent. Des escadrons de détection de pseudonymes repéreraient les fraudeurs, à la manière des satellites qui surveillent les récoltes d’olives siciliennes. […]

Quant à ces montagnes d’articles qui sont emmagasinés sans être lus dans nos bibliothèques universitaires, est-ce que la politique agricole commune ne fournit pas là aussi la réponse ? Est-ce que ces articles ne pourraient pas être bradés, à des prix artificiellement bas, aux pays du Tiers-Monde ? Avec un peu de chance, ils pourraient même saper la production locale. »

Une des choses qui me paraît la plus intéressante dans cette constellation est le rapprochement que les uns et les autres font spontanément, par le biais des analogies, entre la production intellectuelle et la production agricole. Alors que, ces trente dernières années, le monde académique semble avoir voulu se constituer comme un espace neutre capable de tenir à distance le social et le politique, le lien est aujourd’hui fait entre ce qui est en train d’advenir au si petit monde qu’est l’université et des questions sociales aujourd’hui fondamentales pour notre monde tout court. J’espère qu’il y a là une vague de fond qui conduira les universitaires non seulement à résister résolument à la marée qu’évoquait Noel Malcolm, mais à apporter leur contribution à un débat social aujourd’hui crucial.


Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Both dit :

    Que dire de la recherche sous contrat ? Là, il s’agit de produire vite, très vite, de plus en plus vite, les financements ne couvrant même pas le temps de la recherche. Ecrire sans être payé et s’entendre dire en audition à des concours, que certes la productivité est là, mais que « tout ça manque un peu de théorie ». Etonnant, non ?

    • Sophie Roux dit :

      Le texte sur la désexcellence auquel renvoie le billet note effectivement que la recherche par projets financés augmente de manière artificielle la productivité : « artificielle » voulant dire ici « sans que la qualité suive ».

  2. Me parece una estupenda iniciativa, pero habría que pensar si sucede lo mismo en los medios académicos del llamado « global south ». En ciertos países de Latinoamerica, por ejemplo, se publica muy poco, o simplemente, no se sabe como publicar.

    Cordialmente,

    • rigas dit :

      NO es cierto. La bibliometria muestra que hay un aumento muy fuerte de publicacion en America Latina. Ademas, como ya lo he expresado en otro lugar, el « global south » es donde los metodos de produccion « productivista » estan actualmente favorecidos, basicamente porque sirven el proposito de reconocer el papel de l ainvestigacion y darle legitimidad a la investigacion cientific dentro de las politicas del estado.

  3. Sophie Roux dit :

    Intriguée par les tenants et les aboutissements du mouvement « Slow science », je trouve quelques références :

    Sur des « précurseurs » :

    1) Un article d’Eugene Garfield, « Fast science vs. slow science, or slow and steady wins the race » (17 September 1990), The Scientist, vol. 4, no. 18, p. 14.

    2) UN article de Lisa Alleva, « Taking time to savour the rewards of slow science (21 September 2006), Nature 443, 271.

    Sur l’écho que rencontre cet appel :

    http://www.theatlantic.com/technology/archive/2011/07/the-slow-science-manifesto-we-dont-twitter/242770/

    J’en profite reconnaître, et j’y reviendrai, n’avoir pas signé cet appel pour les raisons que signale la journaliste de The Atlantic. En bref, l’appel Slow science n’analyse pas les causes de l’accélération de la science, et n’appelle à aucune action concrète contre les politiques de la recherche menées dans les différents pays.

  4. rigas dit :

    Poursuivons l’analogie: pour se démarquer de la production de masse, des surplus de lait, du trop plein de beurre, de l’agriculture subventionné, il existe une voie de sortie: se démarquer, faire de l’AOC, de la qualité. Problèmes, là aussi. On fait alors des produits trop chers, le prix élevé étant partie intégrale de la stratégie de l’AOC, du luxe réservé pour les happy few. Existe-t-il un « bio » populaire, « équitable » mais dans la grande distrib, populaire mais aussi de qualité? Quelle sont les équivalents en science de ces figures économiques?

    Ce sont des questions difficiles. J’en veux pour preuve les solutions quelques peu alambiquées que propose par exemple Laurent Ségalat (voir mon compte-rendu dans Non-Fiction). http://www.nonfiction.fr/article-3149-la_science_a_bout_de_souffle_.htm

    Ségalat utilise une autre analogie: celle du sport, du cyclisme, dopage et complicité des mécanismes de contrôle. Mais à aucun moment il ne propose d’aller ralentir la course! Ou de l’arrêter. Même si le titre de son essai est « La science à bout de souffle » !

    Le mouvement « Slow science » a peut-être tout faux en ce qu’il pose des questions de principes (comme le mouvement de la décroissance). Mais il a le mérite de poser la question sur la raison d’être de cette hyperstructure gestionnaire qui se substitue à la science.

    Je reste persuadé qu’il n’y a de solutions que localisées et spécifiques aux lieux, aux personnes, aux domaines, aux institutions…

  5. Hélène Gispert dit :

    J’ai eu connaissance début août de l’appel Slow science sur la liste theut, liste des historiens et philosophes des sciences et des techniques, et dans le même temps des commentaires ici même de Sophie Roux dans son billet du 19 juillet et des liens qu’elle y donnait.
    J’ai apprécié l’humour noir de Noel Malcolm et la toute dernière phrase de conclusion de Sophie quant à la participation souhaitable de nos collègues au débat social, souhait que je partage.
    Mais justement, malgré mon accord sur la plupart de ce qui est dit dans l’appel slow science – la démarche, le constat, les propositions – je ne l’ai pas signé car une chose me gêne relative à la prise en compte extrêmement soft (sinon slow) des réalités sociales et du débat social justement.
    Je trouve que dans cet appel la politique, à l’échelle nationale comme européenne, est bien vite dédouanée: “Nos institutions et, bien au-delà, la pression sociétale promeuvent une culture de l’immédiateté, de l’urgence, du temps réel, des flux tendus, des projets qui se succèdent à un rythme toujours plus rapide”. Pour dire les choses un peu brutalement, je trouve le texte un peu “corpo”, ce qui serait un paradoxe considérant la conclusion du commentaire de Sophie…. L’ANR, les contrats, l’AERES, l’évolution de notre statut, les classements et benchmarking, et la RGPP pour être complet, tout cela relève quand même d’une politique identifiable avant que de relever d’une “pression sociétale” un peu trop aseptisée à mon goût. Des tas de travaux académiques de sociologues et politologues le démontrent aujourd’hui dont, entre autres, ceux d’Isabelle Bruno et son premier livre A vos marques, prêts… cherchez !. La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche.
    Du coup, je trouve aussi le texte un brin naïf: “Résister à la fast science est possible, est-il écrit, je le veux bien, oh combien, mais les enjeux ne sont vraiment énoncés à aucun moment du texte. Les propositions qu’il suggère – et que j’approuve – entrent en pleine contradiction avec la politique ministérielle et gouvernementale (quelle que soit la pression sociétale!) non seulement pour les universités et les organismes, mais pour l’hôpital par exemple ou tout autre service public. Le texte parle de l’idéologie de l’urgence prônée au ministère, mais pas du reste de sa politique, les postes, les crédits, le grand emprunt et toutes les opération “ex”, etc. Un manque qui, de mon point de vue, affaiblit terriblement l’appel et son efficacité possible.

    • Sophie Roux dit :

      J’avais signalé dans un commentaire précédent que je n’avais, quant à moi, pas signé cet appel, et le commentaire d’Hélène m’amène à préciser pourquoi (et ces précisions doivent au temps qui a passé et aux commentaires qui ont été faits).

      Les principales raisons de mon abstention me semblent être que :

      i) Je ne suis pas sûre que l’opposition slow/fast soit complètement pertinente. Si l’on parle des individus, c’est un fait qu’il y a des collègues qui travaillent vite et bien, et d’autre lentement et mal, je ne vois pas pourquoi il faudrait se ralentir quand on est excité par une idée ou un projet !!! En revanche, si l’on parle des institutions et des structures, l’opposition lent/rapide est une opposition tout à fait superficielle, qui ne conduit pas à analyser les causes de ce qui se produit actuellement, mais en reste à la description subjective de ce qui nous arrive à nous les chercheurs et universitaires (encore un appel de projet à rédiger, des thèses à lire, trois articles à finir, un colloque à organiser, etc…)

      ii) Quant à ce qu’Hélène appelle « corporatisme », je me dis qu’on peut adresser deux reproches distincts à cet appel :
      — en rester à une description subjective de cette évolution, comme je viens de le dire,
      — ne pas faire le lien avec d’autres domaines qui subissent le même genre d’évolution, ce qu’Hélène appelle le « corporatisme ».
      C’est distinct, parce qu’il serait possible d’en rester au domaine académique (donc être corporatiste) et de poser tout de même la question des forces en œuvre (donc ne pas en rester à ce que j’appelle une description subjective). Mais c’est lié tout de même, parce que, si on pose la question des forces en œuvre (et qu’on trouve la réponse), on s’aperçoit qu’elles ne sont pas en œuvre seulement dans le domaine universitaire…
      Une fois cela dit, je pense aussi (décidément, que les choses sont longues à dire…) que, si la description subjective a besoin de compléments, elle ne doit pas pour autant être passée à la trappe et frappée d’invalidité. On doit commencer par elle pour aller ailleurs vers une analyse objective de la situation, avec les collègues qui travaillent en histoire, en économie, en sociologie, et qui ont des outils pour nous faire comprendre ce qu’on fait aux universités européennes, et pourquoi.

      iii) Je n’aime pas les appels qui n’engagent à rien, qui n’appellent à rien de concret et qui ne disent pas exactement ce qu’il faut détruire ou construire. Ca me paraît en l’occurrence bien vague de dire : « on va ralentir » : qui ralentit ? quoi ? comment ? où ?

      Voilà, donc en résumé et en caricaturant un peu, l’appel Slow science me paraît intéressant comme symptôme, pas très intéressant comme proposition théorique, et pas du tout intéressant comme engagement pratique.

  6. Sylvain Piron dit :

    Au point où en arrive la discussion, il va falloir que j’argumente sérieusement pour justifier ma signature de cet appel. En effet, j’admets volontiers et je partage la plupart des critiques qui ont été faites : l’analyse est très restreinte (et même, pourrait-on dire, un peu rapide) et les propositions d’action presque inexistantes. Si ce n’est que, le slogan est bon, ou du moins, il est à mon goût. Je peux l’invoquer très simplement comme préliminaire à mes raisons de refuser (combat local) la recherche à court-terme ou comme résumé de certaines positions que nous avons pris dans ce carnet. De fait, je cite régulièrement ce mot d’ordre ces derniers mois pour refuser d’aller dans tel colloque ou de participer à telle réunion de préparation d’un Labex. Bref, je reconnais que l’appel en tant que tel ne va pas au-delà de l’expression d’un symptôme, mais il me semble que cette expression peut tout de même avoir une relative efficacité symbolique.
    Au passage, je relève un désaccord avec un contre-argument de Sophie : ce qui est en cause n’est du tout la question de la vitesse d’exécution, mais de la continuité d’un effort de recherche dans la durée, opposée à un financement sur contrats brefs et échéanciers de livrables (cf. les épisodes précédents). Je comprends que le texte paraisse insuffisant, et qu’on n’ait pas une folle envie d’y adhérer. Mais on peut aussi juger qu’il va tout de même dans le bon sens, et que cela vaut la peine de le soutenir, en l’entourant, comme nous le faisons, de réflexions plus lentes.

  7. rigas dit :

    Pour poursuivre dans la même veine que Sylvain (et aussi justifier la raison pour laquelle j’ai signé l’appel): d’une part c’est bien de faire du bruit sur ce sujet. Le moins que puisse faire la campagne Slow science serait de signaler un problème de fond; d’autre part, je comprend « slow science » comme « slower production ». Pour reprendre le petit article de Noel Malcom (en 1996!) :

    « The most sensible suggestion I have heard is that « research assessment exercises » should be required to consider only the three best items of work produced by the writer in the last 10 years (the « best » to be nominated by the writers themselves). This would change the emphasis from quantity to quality, encouraging people to write more genuinely important works.  »

    Et comme il le précise, même cela serait insuffisant car certain stakhanovistes trouveront toujours les moyen de dire qu’à force de produire des papiers, il y en aura bien trois de bons !

    En fait, tout le monde sait que ce n’est pas vrai. Yves Gingras a ainsi calculé que dans les sciences sociales on cite plus de livres que d’articles. Et que même dans les sciences exactes ls plus productives la date de publication des articles référencés dans les articles publiés récemment augmente: c’est-à-dire que l’on cite des articles de plus en plus vieux et pas, comme le voudrais la Fast Scince des pre-preints et des working papers.

    J’en viens à penser que seuls les éditeurs scientifiques ont vraiment intérêt à ce qu erien ne change car sinon l’ensemble de l’édifice des Elsevier, Wiley, Springer et autres vivenet de cette surabondance productive.

    On est bien dans une ère de surproduction et , surtout, dans un époque qui ressemble à ce que Steve Fuller a appelé l’Academic Bullionism à l’image de ce que Adam Smith disait de l’Espagne du 17ème siècle. En 1600 L’Espagne avait 32 universités et le plus grand nombre de revues et de livre du monde se produisait là-bas. A ne focaliser que sur la seule quantité nous crèverons, c’est ce que je comprends de l’appel Slow Science.

  8. Sophie Roux dit :

    Oui, Sylvain, y compris pour la manière dont tu me reprends en disant que le problème n’est pas la vitesse de l’exécution, mais la rapidité avec laquelle se succèdent les appels à projets. Mais, justement, là, tu commences à aller vers les causes, parce que les appels à projets, c’est la LOLF, et ce qu’Annie Vinokur avait appelé le passage du modèle de l’« obligation de moyens + confiance » à celui de l’« obligation de résultats + méfiance ».
    En cherchant à retrouver la formule, je m’aperçois que cet excellent article est maintenant sur le net :
    http://regulation.revues.org/index1783.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *