La Présidente et l’évaluation

Pour une fois qu’une Présidente d’université n’entonne pas à pleins poumons les chœurs de l’évaluation vertueuse, de la compétition pour l’excellence et de l’innovation dans le meilleur des mondes, cela vaut le coup de lire sa lettre en entier, c’est ici.
Pour t’appâter tout de suite, ami(e) surfeur(se), deux extraits, l’un au début, l’autre à la fin :
« Dans cette surenchère permanente, à quand une émission sur le modèle de TF1 : les 30 plus belles histoires d’Université, les 30 diplômes les plus risqués de France, les 30 plus grands accidents de parcours (avec fin heureuse évidemment) ? »
« Et comme première mesure, je propose un moratoire d’un an sur l’emploi des mots « excellence » et « classement » dont l’abus amène nos universités au bord de la crise de foie (ou de foi si vous préférez.) »

Il faut dire aussi qu’Anne Fraïsse détonne dans la photo de classe des Présidents d’université : et de un, c’est une femme, et de deux, c’est une spécialiste de patristique latine. Pas étonnant dès lors qu’elle ait déjà critiqué la pré-élection des idex, pour mémoire, c’est ici. Pas étonnant non plus qu’elle ait fait partie des sept Présidents d’université ayant interpellé le Président de la République à la sortie du mouvement de 2009, pour mémoire, c’est ici.

A propos, vous avez remarqué que sur ces sept Présidents, trois étaient des Présidentes ? Question à trois cacahouettes : le rapport 4/3 correspond-il au rapport (ensemble des Présidents)/(ensemble des Présidentes) ? Conclusion ?


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *