Publications des listes révisées de l’ERIH

28 mai 2011
Par

Il y a déjà trois ans que l’ESF a publié les listes dites familièrement de l’ERIH (European Index Reference Index for Humanities).
Les listes révisées sont maintenant publiées, on peut les consulter ici.
La description des critères utilisés par les experts pour procéder à cette révision me semble en première approximation plus précise que la description des critères qu’ils avaient appliqués pour la constitution des listes initiales.
Les critiques ont également recommencé, voir par exemple ici.
Je déclarerais volontiers ouverts la chasse aux anomalies et l’appel aux critiques. Toutefois, fatigués nous sommes : nous reposer nous devons.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Bibliométrie, Instances d'évaluation

4 commentaires pour “ Publications des listes révisées de l’ERIH ”

  1. Didier Torny le 30 mai 2011 à 2:54

    La publication d’une partie des listes de l’ERIH (9 sur 13) est remarquable à plus d’un titre :

    1/ Le “disclaimer” comme on dit dans une société libérale est un délice pour le lecteur :
    https://www2.esf.org/asp/ERIH/Foreword/index.asp
    En gros, ces listes ne servent à rien, ne doivent surtout pas être utilisées, ne constituent qu’une “information”.

    2/ Dans une logique de réécriture de l’histoire, les listes de 2008 sont “recodées” façon 2011 (INT1, INT2, NAT), ce qui montre bien que les changements de dénomination (et de catégorisation) sont de l’ordre cosmétique.

    3/ La composition des panels a été modifiée de manière variable suivant les “disciplines” considérées mais avec le maintien quasi-systématique de membres du premier panel.
    http://www.esf.org/research-areas/humanities/erih-european-reference-index-for-the-humanities/erih-governance/erih-expert-panels.html

    4/ En conséquence, les listes sont très proches de celles de 2008 avec quelques ajouts et quelques changements de catégorie. Mais comme les concepteurs nous disent qu’elles ne doivent surtout pas servir, cela n’a pas grande importance…

  2. Yves Gingras le 1 juin 2011 à 23:18

    Concernant le classement des revues, je me permets de vous signaler que suite aux critiques sévères et continues dont elles ont fait l’objet en Australie et à l’évidence de leurs effets pervers, le Ministre de la recherche vient d’annoncer que le gouvernement cessera de les utiliser pour l’évaluation! Il s’agit là d’un gain majeur pour les chercheurs australiens!

    Je me permets d’espérer que cet exemple réveillera les chercheurs français qui ont tendance à accepter de façon fataliste ces classements absurdes et dangereux comme s’il était impossible de s’y opposer de façon efficace.

    La seule chose acceptable serait fait est une liste non classée qui définit le “périmètre de scientificité”, si besoin d’une telle liste est nécessaire ce qui est discutable car chacun est sensé connaître les revues de son domaine.

    Autre preuve que l’action collective peut être efficace: le gouvernement du Québec avait annoncé la fusion pure et simple de trois fonds de recherche jusque dédiés à des secteurs distincts (biomédical, sciences de la nature; sciences sociales et humaines). Et bien, encore là, devant les nombreuses critiques et arguments, il a décidé de garder l’autonomie des trois Fonds et leur spécificité disciplinaire. Il est fort probable que les perdants d’une telle fusion auraient été les sciences humaines et sociales.

    Donc: chercheurs français encore un effort… car il est possible de faire dérailler les plans délirants de l’ERIH.

    • Sophie Roux le 2 juin 2011 à 14:14

      Merci, Yves, de ces informations, et aussi de ces encouragements. Peux-tu nous indiquer des liens pour l’une et l’autre chose ?
      Merci.

Laisser un commentaire


Carnets de recherche