Résultats des courses

Les résultats des Labex, ainsi qu’une pré-sélection des Idex gagnants, ont été dévoilés. Il faut bien l’avouer, les bras nous en tombent un peu. Si l’on veut s’y coller, il faudra dépiauter un par un les cent projets de Labex retenus. Les Echos ont annoncé en primeur la sélection  des Idex. Un blog du Monde, quelle audace, s’est permis de faire un peu d’ironie sur le sujet. Il semblerait, écrivent ces honorables journalistes, que « le choix des regroupements sélectionnés au coeur de Paris ressemble à un choix très “gouvernemental”, pour ne pas dire de “droite” »…

En attendant que soient publiées les évaluations sur lesquelles se fondent ces sélections, que nous commenterons en leur heure, on pourra lire une réflexion d’ensemble de Pascal Maillard sur Son excellence l’excellence.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Sylvain Piron dit :

    Suite des résultats sur le blog du Monde éducation, pour la partie hospitalo-universitaire, le concours a donné lieu à un résultat caricatural : les éminences de tous les projets retenus étaient membres de la commission qui a défini l’appel d’offres : http://lemonde-educ.blog.lemonde.fr/2011/03/30/six-instituts-hospitalo-universitaires-selectionnes/

  2. Emmanuelle Picard dit :

    Signalé sur le blog de Jean-François Méla, avec illustration à l’appui, la lettre de « justification » du président du jury des labex: http://jfmela.free.fr/jfmblog/?p=218

    • Sylvain Piron dit :

      Cette lettre est un document assez fascinant, puisqu’elle permet de comprendre comment s’est opérée la sélection : elle a d’abord joué négativement, en écartant les mauvais dossiers qui sont présentés ainsi dans le deuxième paragraphe : « Certains textes de projets étaient trop longs, l’essentiel étant noyé dans une foule de détails sans intérêt pour l’évaluation de la qualité scientifique par les rapporteurs ou les experts externes. D’autres ne présentaient pas de véritable programme de recherche. D’autres enfin, vides de contenu, faisaient cependant preuve d’une véritable arrogance ». Sur 241 dossiers, 83 ont donc été retenus, par soustraction des projets touffus, informes ou arrogants. La dernière catégorie a probablement été globalement classée C et certains projets relevant des deux précédentes en B.
      Parmi ceux-ci, précise le président du jury, « un certain nombre de candidatures font intervenir des scientifiques de très grande qualité voire de qualité exceptionnelle. [Le jury] regrette très vivement que des lacunes importantes dans la rédaction, dues vraisemblablement aux coordinateurs, rédacteurs des propositions, aient de ce fait empêché qu’elles soient retenues ». Il y revient plus loin, après avoir nommé 17 projets de ce type, « en regrettant que des projets impliquant des scientifiques de très grande valeurs n’aient pas pu être retenus par le Jury parce que les coordinateurs n’avaient pas pris la peine de répondre correctement à l’appel d’offres en ne présentant pas de programme de recherche suffisamment formalisé. »
      Il ne faut pas lire ces formules simplement en s’offusquant du mépris pour le petit personnel qu’elles trahissent. Elles rélèvent en fait un trait crucial de la procédure : l’évaluation portait sur l’excellence de la formulation et de la présentation des candidatures, pas sur le fond des recherches proposées, ni la valeur scientifique des candidats. Nous savons tous que les projets ont été bâclés pendant l’été, en mettant bout à bout des projets déjà dans les cartons, sans laisser le temps de concevoir quelque chose qui pourrait décemment s’appeler des « programmes de recherches » cohérents. Les vainqueurs de l’opération, pour le jury, sont donc ceux qui ont su habiller le plus habilement leur affaire – puisque, effectivement, il était impossible d’évaluer, comparer et juger les propositions sur le fond.
      Ce qui a fait la différence, en d’autres termes, c’est l’excellence dans la prétention à l’excellence. Elle n’est qualifiée d’arrogance que lorsque cette prétention tourne à vide. Le mot est pourtant bien choisi pour qualifier l’ensemble de la rhétorique de l’excellence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *