Le collège de France aussi…

Cette année, le colloque de rentrée du collège de France s’intitule « La mondialisation de la recherche – Compétition, coopérations, restructurations »
Quelque esprit critique il convient de garder, et voici donc quelques commentaires (en italiques) des trois premiers paragraphes du texte de présentation (entre guillemets), ce qui, on s’en doute ne préjuge pas de l’intérêt des exposés qui auront lieu.

« Le plan campus et la constitution des PRES (Pôles de recherche et d’enseignement supérieur), complétant les réformes antérieures de l’Université et du CNRS, ont enclenché un mouvement sans précédent de concentration de la recherche française afin de lui permettre de se maintenir au premier rang d’une compétition internationale aujourd’hui élargie aux grands pays émergents.  »
Les PRES sont pour « se maintenir au premier rang d’une compétition internationale » ? Mais combien de fois faudra-t-il répéter que :
1. Dans le classement de Shanghaï même,
small is beautifull. Demandez-vous seulement à quelle place il faut descendre pour avoir des universités de plus de 50 000 ou de 100 000 étudiants ?
2. Ce qui pourrait avoir un effet sur ce classement, ce ne sont pas les PRES, mais bien la fusion des universités.

« La recherche fondamentale a connu dans les dix dernières années des bouleversements qui poussent à la constitution de centres suffisamment importants pour justifier l’achat et le coût de fonctionnement très élevé des équipements de plus en plus performants nécessaires à sa pratique. Toutes les disciplines sont touchées, y compris les disciplines de sciences humaines et sociales complètement transformées par l’introduction de l’informatique et des publications électroniques. L’utilisation des équipements lourds d’usage désormais courant en biologie et médecine (séquençage du génôme, imagerie etc.), en physique (Large Hadron Collider de Genève etc.), en astronomie (télescope spatial Hubble etc.) est accessible seulement à des organisations capables d’en assurer le financement et de leur garantir une utilisation intensive. »
Quelques dates tout d’abord :
— Séquençage du génôme ; ben ça dépend duquel, mais pour les hommes, le Projet Génôme Humain : 1990 (lancement du projet) – 2003 (achèvement)
— Large Hadron Collider de Genève 1994 (lancement du projet)-2008 (mise en fonctionnement)
— Télescope spatial Hubble 1975 (lancement du projet)-1990 (mise en fonctionnement).
On devine sans doute l’intérêt qu’il y a à rappeler ces dates : il ne s’agit pas de nier qu’il y ait aujourd’hui de grands projets, mais de constater que, historiquement, chaque époque a eu ses grands projets. Dès lors, ce n’est pas une nécessité à proprement parler scientifique qui conduit aujourd’hui à l’idée qu’il faudrait aujourd’hui créer des centres de plus en plus importants. C’est l’idéologie du gros projet.
Quant aux sciences humaines et sociales, on voit bien qu’elles sont là seulement pour dire… Qui pourrait en effet me citer un projet de SHS dont le budget serait équivalent, je ne dit pas au 100e, mais au 10 000e du budget du Télescope Hubble… ?

« La recherche des moyens financiers est donc une nécessité. Elle passe par la compétition, nationale et internationale, car les crédits, privés et gouvernementaux, vont aux laboratoires les plus renommés. Il n’y a là rien de fondamentalement nouveau : la recherche n’est que l’autre face de la découverte, et celle-ci exige que l’on soit le premier. Ce qui change, outre l’ampleur des moyens financiers aujourd’hui nécessaires, est l’utilisation de nouveaux critères d’appréciation : classements internationaux contestés comme celui de l’Université de Shanghaï ; prix dont certains, comme les Prix Nobel, arrivent des années après les découvertes ; évaluations chiffrées dont les éléments et outils sont objets de débats. »
Il me semble que, dans ce paragraphe comme dans bien d’autres textes que j’ai lus ou propos que j’ai entendus ces derniers temps, deux choses sont confondues ou du moins sont présentées comme allant de pair :
— ce que j’appellerais une compétition factuelle, qui, dans une situation de relative pénurie (en acceptant de dire qu’il y a pénurie dès que chacun n’a plus tout ce qu’il désire) oppose de fait plusieurs individus qui candidatent sur le même poste, plusieurs équipes qui visent les mêmes financements, etc.
— ce que j’appellerais l’esprit de compétition, selon lequel, avant d’essayer d’écrire quelque chose de vrai, de nouveau, d’intéressant, on voudrait « être le premier ». Je trouve particulièrement remarquable la phrase :
« Il n’y a là rien de fondamentalement nouveau : la recherche n’est que l’autre face de la découverte, et celle-ci exige que l’on soit le premier. Croyez-vous vraiment que Galilée, Newton, Einstein aient d’abord voulu être « les premiers » ???

Espérons pour les auditeurs que les exposés seront un peu plus rigoureux.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Eliane Daphy dit :

    Quant aux sciences humaines et sociales, on voit bien qu’elles sont là seulement pour dire… Qui pourrait en effet me citer un projet de SHS dont le budget serait équivalent, je ne dit pas au 100e, mais au 10 000e du budget du Télescope Hubble… ?
    Bonne question !

    Une piste, pour la partie « 10 000″e du buget : c’est combien de sous, le TGE-ADONIS du CNRS ? Migus avait dit des millions d’euros lors de sa réunion houleuse avec les DU en septembre 2008, suite au limogeage de Courel… C’est curieux, le bilan dont financier de ce très grand équipement n’est consultable nulle part. Le rapport 2009 de l’INSHS-CNRS (téléchargeable ici http://www.cnrs.fr/inshs/docs-breves/ra2009-inshs.pdf) ne donne que des chiffres partiels.
    Transparence ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *