Déjà en 1978…

La scientométrie est aussi une activité scientifique, qui ne se réduit pas à la bibliométrie (on compte beaucoup les brevets, notamment), et qui a sa revue : Scientometrics, créée en 1978. Les premiers paragraphes de son premier éditorial sont édifiants (et malheureusement pas librement accessibles en ligne, mais les abonnés à BiblioSHS y ont accès) :

The quantitative evaluation and intercomparison of scientific activity, productivity and progress seems to be sheer nonsense for many, perhaps for the majority of active scientists. This attitude is quite natural, but its source is mainly prejudice, ignorance and/or misunderstanding of the basic ideas of scientometrics. The skeptics are scornful of the hopeless aim of measuring the unmeasurable.
The tremendous increase of the scientific production over the last decades has made the emergence of this new field of science both necessary and possible.
The necessity follows from the industrialization of scientific research (which by no means diminishes the importance of the individual): the heavily needed and substantial financial support cannot be based solely upon subjective judgement. This is of particular importance at present when the extensive evolution of scientific research has just about ended. Scientometrics may help in the more economical and balanced utilization of the available funds, thus increasing the efficiency of research.

Comme quoi la demande sociale d’évaluation n’est pas une nouveauté…

La lecture de Scientometrics est fort intéressante : si ses articles partagent en général – mais pas toujours : il y a aussi de l’histoire ou de la sociologie des sciences plus « désintéressées » – une visée d’évaluation, ils montrent aussi toute la difficulté de construire les bons indices pour ce faire.

Le site de Scientometrics est ici (une partie du contenu est librement accessible).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *